Retour sur le premier séminaire Sens'Art à Présilly

par Yann


Jeudi 20 février, 18h36 : j'arrive en gare de St Julien en Genevois. Je viens de me faire voler mon ordi dans le train. Je suis bien connecté avec ma colère. Ce premier Jardin Senso commence bien...
Patricia, une nouvelle participante du jardin vient me récupérer. Stressée par la conduite de nuit en France (Patricia est belge), on manque d'avoir 2 ou 3 accidents. Qu'est-ce que je fous là ?
Romain m'accueille : "ça va ?" Non.
Le cercle cœur du Jardin est déjà en train de s'activer à la préparation des affiches, de la place du marché, du déroulé des deux jours à venir. Je sors fumer une clope.

Je retrouve bien la patte UdN dans ce Jardin : des affiches partout, un maximum d'indications qui fait ressembler la magnifique salle qui nous accueille à une salle d'école de maternelle pour enfants neurasthéniques. Raté pour le repos de la vue. La cuisine est autogérée, nous cuisinons tour à tour grâce à une organisation réalisée en amont par nos supers cœurs. Les plats sont meilleurs de jour en jour (et non, je n'ai pas fait le dernier repas).
Côté animation, rien le jeudi soir, si ce n'est le plaisir de retrouver des visages connus, des échanges, d'en découvrir d'autres.

Dès le vendredi, nous entrons dans le vif du sujet : un senso pour se mettre dans le corps et l'énergie de ce week-end. Ici, pas d'experts, des gens avec des compétences et des sensibilités diverses, certains prenant naturellement le lead par rapport à d'autres. Et une envie commune se dégage : contribuer à progresser, à faire progresser chacun dans ses pratiques et sa compréhension des liens entre senso et gouvernance partagée.
Chacun est invité à challenger ses habitudes : Juliette et Louise se retrouvent animatrices, Denis pilote, et Romain, à l'initiative des jardins...se retrouve simple participant (il ne tiendra pas les deux jours dans ce rôle !)

Maintenant, place aux besoins, aux propositions : envie d'un senso avec 100/150 personnes, pour mon prochain MOOC. Est-ce !. de la créa (on crée ensemble un déroulé) ? de la co-aide (les autres m'aident sur une de mes problématiques) ? Certainement pas du labo (on expérimente grandeur réelle) ni de la carto (c'est le nouveau nom de "KPi" pour capitalisation m'explique-t-on. Je n'en saurai pas plus sur le changement de nom, une mode ?

D'autres sujets m'intéressent plus. Ma proposition d'atelier n'est pas retenue, je participe à d'autres ateliers, dans les magnifiques espaces du camping du Terroir : la yourte, les extérieurs, la grande salle. Les liens se créent, les réponses se trouvent, les ateliers s'enchainent.

Vendredi soir place à une boom clown ! Ma fatigue et mon énervement sont vite oubliés grâce à l'énergie qu'apporte Anna à son labo. Les retours en nez rouge peints au rouge à lèvres et à moitié déguisés seront élogieux, mais aussi précis, constructifs, sincères. Le lendemain matin, c'est reparti, labo sur la spirale dynamique, mi-théâtre, mi-escape game, le débrief est passionnant, apprenant, ça donne envie de faire une v2 tout de suite !

Finalement, mon besoin de senso pour des groupes larges aura sa place l'après-midi. 6 personnes m'aident, je me sens une gratitude de ouf de voir ces 6 personnes pleines de ressources et créativité soutenir mon envie ! Ã?a me donne une énergie de dingue ! Véronique m'aidera à finaliser et Annaëlle me propose de venir expérimenter sur un festival qu'elle organise. La confiance est belle. Je n'en reviens pas !

Nous repartons au pas de course, pour ne pas rater nos trains, laissant le cercle finir son tour de clôture. Un goût de reviens-y dans le corps. Et l'envie d'expérimenter d'autres formats ,d'accueillir d'autres personnes pour nourrir ces liens sensibles qui font la beauté de la vie et de ce jardin.

Merci à ce premier jardin, des actions sont en cours, rejoignez-les pour apprendre, contribuer, partager, découvrir et surtout rire ensemble !

image premier_seminaire_sensart_prsilly.jpg (41.3kB)
'Si, je vous dis qu'on va se casser la gueule !' Atelier d'expérimentation d'un jeu coopératif ludique pour personnes très éloignées de toute habitude de pratiques sensorielles. proposé par Yohann, qui voulait le tester avant de le proposer à une PME d'une vingtaine d'employés.