Campus21 - Capitalisation - le clan des timides

Date de l'atelier : 23.07.2021 - 19:00
Thématique(s) : Nourrir le nous

Proposeur.e

Nom : Aurélie Taupin

Noms des Participant.e.s

Noms (séparés par des virgules) : .
Nom de la mémoire : Aurelie

Atelier

1.Eléments-Clés partagés, Idées fortes :

Un atelier organisé lors d'un repas : Le titre de l'atelier était un trait d'humour. Il invitait toute personne désireuse de se chuchoter ce qu'elle n'ose pas forcément exprimer en temps normal. Pourtant, des participants  ce sont reconnus et sentis « particuliers » à participer à cet atelier. Nous avons réalisé que « le timide » est souvent jugé comme étant une caractéristique de la personnalité et pourtant, nous avons bien mis en lumière que tous, y compris ceux ne se considérant pas timide, pouvait avoir parfois ce sentiment. Nous avons conclus que ce ne serait alors qu'une réaction d'adaptation face à une difficulté rencontrée. On s'est même rendu compte qu'on pouvait très bien l'assimiler à de la peur (parfois tétanisante). Mais on a réalisé que cela pouvait être une réaction adaptée qui permet une prise de recul, d'écoute de l´autre mais également de nos propres ressentis intérieurs. Cela peut être même parfois un moyen confortable pour se mettre en retrait, lorsqu'on le désir. Pourtant, la timidité est souvent dites « à combattre » et n'est pas vraiment valorisé dans notre culture. Le dit "timide" se sent enfermé dans une case sur laquelle le groupe aurait déposé une étiquette difficile à se défaire. « Le timide » ressens que le groupe sera surpris lorsqu'il ose s'exprimer, ce qui ne l'encourage pas à renouveler l'opération. On a alors fait le lien que l'étiquette de « timide » enferme la personne qui a déjà du mal à avoir confiance en elle. Car les personnes se reconnaissant jugées timides, avoue penser ne pas être très interessantes, se sentir exclus car incomprises. Parfois même, certain ont témoigné se sentir ridiculisé, pire, parfois, agressé. 

2.DÉCLICS, Prises de conscience et PÉPITES du groupe sur le contenu :

Nous avons pris conscience que toute personne peut parfois manquer de confiance en elle et alors ne plus se sentir légitime de s'exprimer. Ce qui est alors couramment nommé comme étant de la timidité. Nous prenons alors conscience que c'est au groupe de reconnaître que la personne est en difficulté sur le moment et qu'elle a besoin d'être rassurée pour se sentir à sa place, plutôt que rapidement être étiquetée de « timide », une excuse trop simple qui met à l'écart la personne qui aurait au contraire besoin d'être valorisée pour prendre confiance en elle. Dans un contexte jugeant, plus la personne manque De confiance en elle, plus la personne manquera de confiance en elle. 

3.DÉCLICS, Prises de conscience et PÉPITES du groupe sur le déroulé (pair à pair) :

Faire très attention aux étiquettes enfermantes posées sur les autres, mais également celles que l'on s'approprie personnellement. Un point de vigilance précisé qui serait de remarquer lorsque l'on s'exprime en terme de « nous » et « eux » (notion d'essentialisation). Ce qui créé 2 catégories excluantes et exprime un conflit entre les 2. Comprendre que la timidité n'est pas un trait de personnalité mais une stratégie face à une situation difficile.

la réaction du groupe face à une personne vivant un moment de timidité parait aidante plus que le combat personnel de l´individu. Une pépite proposée aux facilitateurs d'un groupe.

4.Prochains pas ensemble :

Avoir une discussion en incluant davantage de personnes ne se  reconnaissant pas « timide ». Une demande claire est faite sur le besoin d'être entendu sur la souffrance invisible de la timidité et sur sa gestion par le groupe.

Imprimer la ficheVous pouvez imprimer maintenant avec votre navigateur