22. Accueillir les jeunes sur les terres ecclésiales

Nom de l'initiateur·trice de l'atelier : Laura Morosini
Noms des participant·es : Mgr Turini (Perpignan), M.Pinault (diacre SGDF), Laura Morosini
Description / éléments importants de l'échange : Le thème peut être compris de manière métaphorique en particulier sur comment accueillir les jeunes dans des structures d'Eglise comme les Scouts mais nous le développement plutôt ici au sens propre.

Beaucoup de jeunes cherche de terrains pour changer de vie, pour apprendre à cultiver la terre, pour s'installer comme agriculteur ou en éco-habitat chrétien avec une dimension d'autoproduction, pour mettre en place des lieux de formation Laudato Si, d'accueil etc.

Notre diocèses et congrégation disposent souvent de foncier non bâti. Son utilisation contribue-t-elle à la conversion écologique ou au status quo qui consiste a dégrader fortement sols et sous-sols ? ( la majorité des cours d'eau français sont si pollués par les intrants agricoles que la France a été condamnée plusieurs fois par l'Europe)

Une étude présentée au pape François l'an dernier recense 5 à 8% des terres agricoles et forestières dans le monde appartiennent à l'Eglise catholique (diocèses, congrégations, écoles...). C'est un magnifique levier pour que ces terres ne soient pas pollués par des intrants (pesticides, engrais...) mais abritent la vie et la biodiversité tant dans le sols qu'au-dessus.

A Perpignan deux restaurants solidaires ont ouvert Moutardeetmacedoine et un autre lié aux filles de la Charité mais animés par des laïques et en lien avec des paroisses. Ils sont approvisionnés par la Banque alimentaire, des dons d'agriculteurs etc.
A Toreilles a lieu une fête de la terre et de la mer en juin prochain qui lie les personnes et les générations.

Surtout, un leg récent va servir a accueillir des jeunes précaires sur le terrain, très proche de Perpignan.
Cette initiative a été inspirée par la dernière Assemblée de Lourdes. " Avant ont l'aurait simplement vendu, sans penser qu'il pouvait aller dans le sens de Laudato Si et de la conversion écologique".
Les terrains sont souvent donnés en fermage ou vendus.

A Bourges, Eglise verte a permis de mettre en relation des personnes âgées qui souhaitaient léguer un grand terrain maraîcher en centre ville et des jeuns en recherche d'un lieu. Un premier temps de rencontre, prière et soin de la terre d'une dizaine de jeunes a eu lieu en juillet 2020.
A Pau le jardin des Fioretti (http://www.lesfioretti.fr/) est en cours de développement, il accueille permaculture, accueil des personnes en insertion, demandeurs d'asiles et personnes en situation de maladie mentale. Il a été labellisé Eglise verte en aout 2020.
Quel plan d'actions pour la suite ? : Un recensement des terrains forestiers ou cultivables pourrait être réalisé dans chaque diocèse. Un cellule diocésaine pourrait accueillir les projets de formation, installation, soin de la terre.
Une pôle national pourrait favoriser la mise en relation, voire l?accompagnement de projets de jeunes qui souhaitent s'engager dans la conversion écologique en favorisant leur accès à des terrains.