16 - Les temps liturgiques comme opportunité pour une conversion écologique

Nom de l'initiateur·trice de l'atelier : Mgr Jean-Marie Le Vert
Noms des participant·es : Xavier Guiomar / Sr Bénédictines / Jacques Habrard / Philippe de Vaujuas-Langan / Père Stéphan Janssens / Mgr André Marceau / Mgr Dominique Blanchet
Description / éléments importants de l'échange : Voici des liens vers deux synthèses de nos forums des 4 et 14 novembre.
Elles ne reprennent pas tout, mais ce qui a été jugé un peu plus « opérationnel ».
https://drive.google.com/file/d/11iLOsXhcLeQHXlSAZTkk3Lgu-3d8b32l/view?usp=sharing
https://drive.google.com/file/d/11iLOsXhcLeQHXlSAZTkk3Lgu-3d8b32l/view?usp=sharing


DES IDEES VENANT DES FORUMS PRECEDENTS
Carême et Temps pascal
- Ces temps liturgiques peuvent être des opportunités pour une conversion écologique et l?adoption de nouvelles attitudes.
- L?évêque pourrait écrire à cette occasion une lettre pastorale (genre « mandement de carême » positif), rappelant des points fondamentaux et invitant à des actions dans les trois grands domaines du carême (prière, jeûne, charité) ou/et suivant les trois langues à auxquelles le pape François nous invite (tête, c?ur et main). Par exemple :
? le rapport au temps, questionné par le lien avec la nature
? sagesse, patience et humilité
? espérance face au catastrophisme écologique
? prédications sur la création
? développer les petites Fraternités chrétiennes pour favoriser les relations
? Invitation à des visitations entre paroisses urbaines et paroisses rurales.

? prière :
? retrouver le sens de la bénédiction du repas
? prier pour la conversion écologique intégrale
? Inviter à entrer dans un « écosystème du dimanche » : savoir se reposer, entrer en dialogue avec les autres, contempler la nature.
? Revaloriser les rogations
? Pèlerinages et catéchèses dans et sur la nature

? jeûne :
? notre responsabilité de chrétiens dans l'alimentation. La dignité est aussi dans l?assiette.
? consommer moins (mode de vie plus sobre)
? lutter contre le gaspillage en lien avec une démarche contemplative sur ce que la création nous donne (celui qui jette de la nourriture vole le repas aux pauvres)
? réduire ses déchets

? charité :
? relier écologie et fraternité : la nature vue comme exemple de fraternité
? accepter de payer le juste prix des produits
? encourager à acheter des produits français ou locaux
? Utilisation des surplus des agriculteurs, par une organisation de leur distribution au niveau des paroisses par exemple. Cela engagerait les agriculteurs dans une vie chrétienne plus intégrale, plus cohérente.
? Partager les produits avec une épicerie solidaire.
? Ne pas oublier d'associer les plus pauvres à ces réflexions : ne pas faire pour eux, mais avec eux.
? Inciter les directeurs chrétiens de grandes surfaces à distribuer leur surplus aux plus démunis pauvres. Cela peut passer par les organismes caritatifs, mais aussi simplement par les paroisses, avec distribution à la sortie de la messe du dimanche par exemple.
? Soutien des agriculteurs en difficulté, en montant une cellule d'écoute.

- Temps pascal en une continuité avec le carême : temps d?action de grâce et de louange pour ce qui est reçu et le salut apporté par le Christ qui touche toute la création, y compris la terre.


DES IDEES NOUVELLES
- La question de fond est que tous (ville et rural) doivent s?intéresser à l?écologie intégrale. Pas beaucoup de lieux où on peut rassembler de monde. Et la liturgie le permet, en rassemblant le Peuple de Dieu dans toute sa diversité. C?est donc une opportunité.
En plus, la liturgie se fait en communauté, en fraternité, et cela donne plus de force et nous ouvre à la grâce.

- La liturgie remet Dieu à la première place. L?angélus en est un exemple.

- La relation avec le thème du péché : il est peu évoqué. Or il est à la racine du problème, comme déséquilibre, d?gradation de la création. Remettre Dieu au centre permet de prendre conscience de notre péché.

- Solidarité / charité : un autre péché (ou une ignorance) est de ne pas avoir conscience des conditions de pauvreté dans lesquelles vivent tant de personnes. Notre responsabilité dans nos actes quotidiens qui ont des conséquences sur la vie de nos frères (cf. Laudato Si ? tout est lié). Il y a une sensibilisation et un enseignement (homélie) à faire, et les temps liturgiques le permettent.

- La nature suit des rythmes ; les animaux jeûnent parfois. La liturgie nous le fait faire aussi. Pourrait-on relier les saisons à la liturgie ? Le lien avec la Création : reprendre conscience de notre place de créature dans la création (parallèle avec le Shabbat).

- Le jeûne :
? permet un lien entre le physique et le spirituel. Revaloriser le jeûne du vendredi. Pas seulement en Carême.
? « Jeûner pour la Terre, c?est nourrissant » (spirituellement)
? Les « 4 S » : spirituel / expérience sanitaire / dimension solidaire avec les pauvres / soutenable (baisse de notre empreinte alimentaire ? lien avec la Création)
? Le Carême des chrétiens est quasi invisible au niveau médiatique. Or on a besoin de gestes plus visibles, voire radicaux, signifiants des chrétiens. Faire le choix du jeûne le vendredi pendant les deux temps (Avent et Carême), voire toute l?année (mais éviter le Temps pascal), peut être un beau signe.
? Le jeûne permet aussi de gagner du temps sur les repas, qui peut se traduire en prière ou en solidarité
? Les jeunes : le carême devrait être plus pédagogique pour eux, et pas seulement avec des actions ponctuelles sans vraiment de suite. Il s?agit donc de redonner du sens, et le jeûne, le respect de la nourriture, la frugalité avec une moindre consommation doivent ouvrir à la question : pourquoi (et pour quoi) le faire ? La liturgie donne du sens à travers des temps privilégié.
? Une conversion écologique est aussi de s?intéresser à notre santé. Le jeûne, la frugalité la développent. Et quand on le fait en communauté, il y a une émulation spirituelle.

- Le respect du dimanche : remède contre l?épuisement professionnel si fréquent aujourd?hui.

- Sortir des églises pour inscrire des signes dans la nature : rogations, piété populaire, bénédiction des animaux, Fête-Dieu dans la nature, restauration et bénédiction de calvaire. On ne peut sauvegarder la nature sans avoir une admiration pour elle, qui entraîne l?action de grâce.